Par Quentin Gerardin, ostéopathe à Trets, dans les Bouches-du-Rhône

Les plateformes de rendez-vous en ligne sont de plus en plus utilisées, autant par les patients que par les professionnels de santé. Leur succès est tel que l’on est en droit de se demander s’il sera possible, un jour, de s’en passer. Cependant, comme cela a déjà été évoqué dans cet article, certains ostéopathes n’hésitent pas à exprimer leur désaccord avec le fonctionnement de ces plateformes, voire à les quitter. Quentin Gerardin, ostéopathe à Trets dans les Bouches-du-Rhône, est l’un de ceux-là. Il nous explique les raisons qui l’ont poussé à prendre cette décision.

Quentin Gerardin : à la fois ostéopathe et enseignant

Après un bac S, Quentin est devenu ostéopathe en suivant des cours à temps plein. En 2019, une fois son diplôme en poche, il a poursuivi sa formation avec des post-grades proposés dans son école (ISO Aix-en-Provence) et avec des remplacements. Son école est revenue vers Quentin en 2010 pour lui proposer de devenir assistant de cours, ce qu’il a accepté, car le partage et l’échange sont des choses qu’il adore. Il a alors cherché un cabinet pas trop éloigné et son choix s’est porté sur Bandol. Les rendez-vous s’avérant insuffisants et jugeant le contexte insatisfaisant, Quentin a plié bagage rapidement et s’est expatrié au Québec, en 2012, pour une expérience professionnelle, qu’il qualifie lui-même de super. En 2014, les circonstances de la vie obligeant Quentin à revenir dans son Sud natal, il s’installe dans les Alpes-de-Haute-Provence, plus précisément à Gréoux-les-bains. Parallèlement, il reprend l’assistanat à l’école, puis l’enseignement.

Un nouveau départ, cette fois dans les Bouches-du-Rhône

En 2019, Quentin vend son cabinet de Gréoux, pour s’installer à Trets, dans les Bouches-du-Rhône. Ce changement a pour but de le rapprocher de son domicile et de gérer plus facilement les horaires de sa fille qui entre alors à l’école. En effet, les 100 km que notre interviewé devait faire chaque jour pour aller travailler rendaient la situation compliquée. Pour Quentin, cela a été un vrai défi que de relancer un nouveau cabinet dix ans après avoir obtenu son diplôme. Aujourd’hui, il a la chance de pratiquer avec dix autres professionnels de santé, il trouve que c’est bien plus agréable et vivant que de travailler seul. De plus, cela lui permet d’avoir une meilleure visibilité, d’autant que le sud étant un secteur prisé avec des écoles d’ostéopathies proches, la concurrence est réelle. En effet, une dizaine d’ostéopathes travaillent à Trets.

Une rupture inévitable, malgré l’apport de nouveaux patients via Doctolib

En demandant systématiquement à ses nouveaux patients par quel biais, ils ont connu le cabinet, Quentin a pu établir que, sur un an, 19 % de ses patients sont venus par Doctolib. Cependant, quand Quentin a appris que les kinés qui travaillent avec lui et qui sont passés chez Doctolib quelques mois après lui ne payaient que 78 € par mois, il a alors contacté Doctolib pour comprendre la raison de cette différence et :

Je vous la fais courte, mais chez Doctolib, ils m’ont pris pour un idiot et n’ont rien voulu changer…

Quentin déplore qu’en plus, avec le confinement, ils ne fassent même pas l’effort de baisser les prix, évoquant la raison qu’ils proposent de la téléconsultation gratuite… Sauf que Quentin n’est pas encore passé à la téléconsultation en ostéopathie, et ce, même si certains de ses collègues le font. Évidemment, cela se résume uniquement à délivrer des conseils et à rassurer les patients. Quentin conclut que cela fait une perte de 109 € par mois et que Doctolib aurait au moins pu faire l’effort de faire payer au prorata de l’utilisation sur mars et ensuite d’adapter les paiements en fonction de l’évolution de la situation…

Des économies importantes au final

Pour Quentin, le coût de l’abonnement à Doctolib était donc de 109 € par mois. En passant chez Osteo2ls, la solution proposée par la société Piggums et à laquelle il a adhéré, il réalise une économie de 90 € par mois, ce qui n’est pas négligeable. D’ailleurs, Quentin sait exactement ce qu’il va faire de cet argent rendu disponible puisque :

Je vais m’acheter de délicieuses gencives de porc ! D’ailleurs, savez-vous où on peut en trouver des bonnes dans le coin ?

Si vous ne comprenez pas, vous pouvez lire cet article 😉

Resterait-il une question essentielle ?

Quentin répond : Oui, car il aurait aimé qu’on lui demande s’il avait peur de quitter Doctolib. En effet, il ne faut pas sous-estimer qu’environ 20 % de la patientèle est arrivée par ce biais, c’est donc un facteur à prendre en compte, sans oublier le fait que ces mêmes 20 % ont probablement contribué au bouche-à-oreille qui aide à développer la clientèle. Il est donc logique que Quentin ait réfléchi aux conséquences que pourraient avoir son départ de Doctolib. Aujourd’hui, il croise les doigts pour qu’Osteo2ls aide à améliorer son référencement Internet ainsi que celui de l’ensemble des ostéopathes ! L’idée que Doctolib domine le marché et, de ce fait, maintienne une pression sur ses adhérents déplaît fortement à Quentin qui, avec cette expérience, n’a plus l’intention de parler en bien de la plateforme, auprès de ses étudiants et de ses confrères !!

Le logiciel Osteo2ls : des outils personnalisés pour les ostéopathes

Quentin est sur Osteo2ls depuis la création de son nouveau cabinet. Dans un premier temps, c’est l’outil statistique qui l’intéressait pour essayer de définir des stratégies de développement, en lien avec son installation. Ensuite, la possibilité de créer des questionnaires personnalisés a plus intéressé Quentin, car il nous confie qu’il n’aime pas les questionnaires tout faits et les réponses formatées.

Si vous êtes curieux, visitez le site de Quentin

Quentin avoue que son site est plutôt là pour la forme. Au départ, il avait pourtant l’intention d’y mettre des articles qu’il aurait écrits. D’ailleurs, il y en a quelques-uns, mais qui commencent à dater. Quentin envisage de se remettre à l’écriture, mais cela reste incertain, car il constate que ses patients consultent peu sa page Internet. En interrogeant ceux-ci sur les démarches qu’ils ont effectuées pour prendre rendez-vous, les patients qui viennent via Google, répondent qu’ils préfèrent consulter les avis plutôt que son site…