Boostez votre sexualité et votre libido grâce à l’ostéopathie

 

La femme vit par la pensée de l’amour autant que par l’amour même.
Citation de George Sand ; Constance Verrier (1860)

Régulièrement à mon cabinet d’Ostéopathie de Vallauris, je reçois des femmes présentant différents troubles au niveau de la sphère gynécologique et je vais vous expliquer ici ce que l’ostéopathie peut faire pour booster votre sexualité.

 

Vous reconnaissez vous dans l’une de ces situations ?

  • Vous avez peu ou jamais ressenti l’orgasme avec votre partenaire et vous avez l’impression de ne jamais réussir à atteindre le plaisir maximum ;
  • Lors de votre rapport sexuel, vous ressentez des douleurs au moment de la pénétration ;
  • Vous vous sentez excitée mais vous avez l’impression que votre vagin reste fermé ;
  • Vous enchainez les heures au travail, vous êtes stressée et lorsque vous rentrez chez vous, vous n’avez plus l’envie du rapport, vous vous sentez préoccupée.

Si vous vous retrouvez dans une de ces situations, sachez que vous avez maintenant la possibilité d’aller mieux !

La femme au centre de toutes les attentions !

Chez la femme, le périnée a une tonalité affective et émotionnelle particulière. Il est tout empreint de symboles, de mystères, de fantasmes.

C’est le lieu des rapports sexuels, d’intromission et de plaisir, de la conception, du développement du fœtus, de l’accouchement, de l’expulsion et de la douleur, du retour au « plaisir désir » sans oublier le contexte culturel de la douleur et de l’enfantement, zone « sacrée » depuis que le monde est monde.

Qu’elle se plaigne « d’avoir mal » à la pénétration ou dans certaines positions lors des rapports sexuels, « de ne pas être satisfaite » ou encore « de ne pas avoir de désir », la patiente ne consulte pas forcément l’ostéopathe pour ce type de symptomatologie. C’est au cours de l’interrogatoire puis de l’examen gynécologique qu’elle exprime ses symptômes, ses douleurs, ses inquiétudes.

Certaines femmes se sentent gênées d’en parler et parfois elles pensent que c’est normal, suite à un accouchement et qu’avec le temps la douleur s’atténuera.  Puis, elles diminuent de façon importante la fréquence de leurs rapports sexuels ou acceptent difficilement la pénétration lors des contacts sexuels.

 

Dans cet article, je vais donc vous parler de 2 élément essentiels, le fonctionnement du petit bassin et le fonctionnement de l’orgasme.

Le périnée dans tous ses états:

 

Périnée vu de profil

Périnée vu de profil

 

Le périnée, c’est la partie basse de votre petit bassin. Il contient le vagin, la vessie, les ovaires, le rectum.

Chacun de ces organes sont maintenus de part et d’autres au bassin grâce à des ligaments, des tendons et des muscles.

Afin de mieux visualiser, prenez l’image d’un hamac. Vous voyez, il est maintenu de chaque côté par ses cordes (des tendons) aux arbres ou à des points de fixations (les os du bassin) et entre chaque corde, il y a le tissu du hamac (les muscles). Au centre, à la place de la femme assise, il faut imaginer chacun de vos organes suspendus de la même façon.

périnée hamac osteopathe vallauris

 

Vous voyez cette femme assise dans le hamac, elle crée une tension sur le tissu de chaque côté. Elle est normalement assise au milieu. Le tissu doit donc être tendu de la même façon de chaque côté. Les forces doivent être réparties à égalité de chaque côté.

Le périnée, c’est donc ça. Plusieurs hamacs, superposés, dans différents sens, qui permettent de tenir à l’équilibre tous les organes du petit bassin.

anatomie périné

hamac superposé périnée ostéopathe vallauris

 

Mon travail en ostéopathie consiste donc à traiter ces déséquilibres, à travailler et équilibrer les différentes parties de chaque hamac. On ramène une harmonie entre chaque tissu.

Il faut savoir qu’un déséquilibre dans le périnée (qui a pu être causé par une grossesse, un choc émotionnel, un traumatisme, une opération, un manque ou un excès de tonicité de ce plancher de hamac) peut rendre le rapport sexuel douloureux, ralentir la montée de l’orgasme, gêner la bonne lubrification ou encore empêcher l’afflux de sang, ô combien crucial, qui doit arriver dans toutes les zones du périnée. Le travail en ostéopathie sur le trajet des artères permet ainsi d’optimiser l’arrivée du flux sanguin dans le bas du bassin.

Le sang qui passe dans les vaisseaux et artères, doit traverser les différentes couches de hamacs. Si plusieurs d’entre elles sont tendues, le sang ne s’écoulera pas bien et gênera le processus normal de la physiologie de l’excitation. Pour être sûr de bien tout comprendre, revenons en détail sur les différentes étapes de l’orgasme.

Anatomie de l’orgasme féminin :

Phase d’excitation :

Lorsqu’une femme est stimulée sexuellement (physiquement ou cérébralement), son cœur bat plus vite, sa pression artérielle augmente et sa respiration est accélérée. Les seins vont augmenter légèrement de volume et les mamelons vont devenir plus durs.

Cet afflux de sang généralisé dans tout le corps peut provoquer des rougeurs ou des plaques, comme pendant un effort physique, sur le visage, le cou, la poitrine. Cela est provoqué par le relâchement des vaisseaux sanguins (vasodilatation) et l’accélération du rythme cardiaque.

La peau va se réchauffer.

Le clitoris va gonfler légèrement et permettra de recevoir davantage de stimulation.

Cela augmentera donc la lubrification du vagin.

En prenant l’image d’une fleur, votre vagin est un peu comme une tulipe, serré à sa base et qui, sous le phénomène d’excitation émotionnelle psychique, physique et d’afflux de sang, va s’ouvrir et se gonfler.

Si l’excitation continue, la plupart des changements que je viens de décrire ci-dessus seront augmentés. Sauf pour le clitoris qui, avant que le corps féminin rentre en pleine phase orgasmique, voit sa taille se réduire.

Grâce à tous ces processus, le vagin va s’allonger et s’agrandir pour se préparer à l’arrivée du pénis.

Comme vous avez pu le noter, l’excitation se produit principalement grâce à deux éléments, le désir provoqué et à l’arrivée de sang dans les voies vaginales.

 

Le désir :

“Les femmes désirent ce qu’elles aiment, les hommes aiment ce qu’ils désirent.” Sacha Guitry

osteopathe busnel vallauris

Il se crée grâce à l’interaction des 2 partenaires. C’est un jeu où chacun séduit l’autre. Il y a une attirance très forte des corps mais certaines fois le désir ne parvient pas à arriver car on est stressé par la situation qui se présente.

L’aspect cognitif, c’est-à-dire toutes les pensées parasites (et on sait que les femmes sont des êtres complexes et non compliqués) vont faire réfléchir les femmes à beaucoup de choses pendant le rapport sexuel malheureusement, souvent aux enfants, au travail, au ménage, au repas, … Cela va donc créer des pensées parasites qui les empêche d’être totalement en pleine conscience lors du rapport sexuel.

Or, l’orgasme revient à la capacité de la femme à s’abandonner.

C’est-à-dire que pendant le rapport sexuel, si vous êtes en train de penser au travail, vous ne pouvez pas en même temps ressentir ce que votre corps a à vous dire.

Vous dire : « oh wow, c’est vraiment sympa ce qui est en train de se passer ». Vous n’arrivez pas à en prendre conscience parce que vous êtes en train de penser à autre chose.

Si on devait répertorier les causes principales du manque de désir, d’excitation ou d’anorgasmie chez la femme, ce serait certainement du côté des pensées parasites qu’il faudrait chercher.

Il y a souvent une déconnexion entre la conscience de l’excitation et l’excitation elle-même.

Cela veut dire que la femme peut présenter des signes d’excitation génitale mais son esprit n’est pas excité. Donc elle n’a pas le sentiment d’être excitée. Et c’est souvent quelque chose d’assez fréquent. Car si la femme arrive à se rendre compte qu’elle est génitalement excitée, elle sera alors plus réceptive à l’acte sexuel et à y trouver son plaisir.

 

La phase en plateau et l’orgasme :

 

courbe orgasme feminin osteopathe vallauris

Voici la courbe de la multi-orgasmie féminine.

L’orgasme, c’est la décharge physiologique, le corps qui lâche, la respiration qui se suspend, le cœur qui s’accélère, les contractions musculaires dans tous les sens, le corps qui n’en peut plus et qui arrive à l’apogée de son plaisir.

vagin orgasme osteopathe vallauris

 

Sur ce schéma du petit bassin vu de profil, vous pouvez voir les différentes étapes de l’évolution de l’utérus pendant les phases d’excitation, de plateau, d’orgasme et de résolution.

Certains utérus peuvent ne pas réussir à se relever et rester bloqués dans certaines positions. Cela est souvent la cause de violentes douleurs empêchant ainsi le réel plaisir de l’acte. Notre but d’ostéopathe est donc de permettre à l’utérus de retrouver toute sa mobilité. Les techniques employés sont toujours douces, non-invasives, indolores et se font par voie externe.

Par nature, les femmes ne sont pas limitées à un seul orgasme, elles peuvent en avoir plusieurs à la suite.

Elles ne sont pas dépendantes de l’apogée de l’orgasme et la phase dite de « résolution » présente chez les hommes où le plaisir et l’excitation redescendront rapidement après l’éjaculation. Faute à la forte décharge en hormones, les endorphines, après l’orgasme, vont le ramener à l’état de repos. Il aura alors des difficultés à avoir une nouvelle érection et sera moins sensible aux caresses et autres stimulations, qu’elles soient psychologiques ou sexuelles.

Cette période de retour au calme, dite « réfractaire », dure quelques minutes chez le sujet masculin jeune à quelques heures ou quelques jours lorsqu’il est plus vieux (50-60ans).

orgasme masculin

 

Revenons chez la femme. La capacité du multi-orgasme est souvent méconnue. Certaines y arriveront avec un inconnu, d’autres parce qu’elles éprouvent un puissant sentiment amoureux et que le plaisir / désir est particulièrement intense. Il n’y a pas de règle.

L’avantage de la multi-orgasmie féminine est que l’intensité du plaisir redescend moins lentement après l’orgasme que chez l’homme où la chute est plus brutale.

Par contre cela peut être une source de difficulté car une femme qui va présenter 4 orgasmes ne sera satisfaite qu’après le quatrième. L’homme peut estimer avoir déjà comblé sa partenaire et s’arrêter après le troisième orgasme, provoquant ainsi une insatisfaction !

Ce mode de fonctionnement est important à connaître par le couple.

sexualite osteopathe vallauris

L’anorgasmie :

Anorgasmie : c’est le fait que la femme n’arrive pas à atteindre l’orgasme après une période d’excitation et désir assez conséquente lors de rapport  ou de stimulation sexuels.

Dans l’anorgasmie, il y a différentes sortes :

  • L’anorgasmie primaire, c’est-à-dire lorsque l’on n’a jamais ressenti l’orgasme ;
  • L’anorgasmie secondaire qui est l’absence d’orgasme alors que la femme a déjà réussi à atteindre l’orgasme.

On est dans une société ou la performance compte et les films pornographiques n’aident pas à expliquer au couple que « Jouir » n’est pas le but d’une relation sexuelle, il faut le voir comme un cadeau de la relation sexuelle, un cadeau supplémentaire à tout le plaisir qui est déjà procuré pendant le rapport sexuel.

L’anorgasmie devient problématique au moment où la femme (et/ou son partenaire) considère cela comme une difficulté dans la relation.

 

Clin d’œil aux messieurs qui liront cet article, soyez amoureux et prenez le temps ! 95% des femmes atteignent l’orgasme clitoridien par autostimulation, contre 45% si c’est l’homme qui s’en charge. 30% des femmes atteignent l’orgasme vaginal. 

Suivre

Guillaume Busnel

Webmaster du site « Café de l’Ostéopathie » et féru de sport: 400m haies, Ultra-Trail, Crossfit.
Cette passion m’a amené à étudier la physiologie, la bio-mécanique de l’entraînement dans différentes structures : BEESAN, BEMF, Licence STAPS, Master de préparation physique et sportive puis études d'Ostéopathie en 6ans au Campus d'Osteopathie ATMAN.

https://www.osteopathe-vallauris.com
Suivre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :